Grille du dimanche 10 novembre 2013

Niveau 15

Télécharger
Grille du jour.pdf
Document Adobe Acrobat 90.7 KB
Télécharger
Solution pas à pas de la grille du jour.
Document Adobe Acrobat 238.4 KB

Écrire commentaire

Commentaires: 10
  • #1

    Joël (lundi, 11 novembre 2013 12:21)

    Finalement, l'astuce évoquée par Claude pour la grille de samedi est appliquée ici, pour donner un résultat étonnant. Résoudre une grille de ce niveau uniquement par ce biais, c'est fort ! Pour ma part, je suis encore loin d'avoir digéré le nouveau document, mais je ne désespère pas.

  • #2

    Guy (lundi, 11 novembre 2013 13:17)

    Cette grille peut aussi se résoudre avec le coloriage virtuel classique en ne déployant qu'un seul réseau qui est le même réseau que dans la solution officielle.

  • #3

    Claude (mercredi, 13 novembre 2013 08:17)

    3 réseaux successifs en partant des 5 L8.
    Dans la solution pas à pas,pourquoi le 6 marron générique, et où est l'opposé vert ? Je ne comprends pas à ce niveau.

  • #4

    coloriagevirtuel (mercredi, 13 novembre 2013 15:21)

    Claude a raison de poser la question, car en voulant montrer une astuce, j’ai omis de préciser en quoi c’était une astuce. Il s’agit du coloriage virtuel multiple, en effet. Il y a donc un second réseau générique constitué du couple théorique vert/marron. Ici, le vert n’est pas représenté parce qu’il n’est pas utile. En fait, il se situe en L4C79 et L6C12, ce qui explique le 6 marron virtuel de L4C2. Ce 6 marron est dû à la relation forte de groupe. Le déploiement du réseau marron virtuel étant facile, il n’est pas nécessaire de se préoccuper du vert, qui n’intervient pas dans ce processus. Ceci précisé, si le marron s’était révélé mauvais, cela n’aurait conduit qu’à la suppression des deux candidats marron génériques.
    Si ces explications ne conviennent pas, je peux répondre plus en profondeur à l’adresse coloriage.virtuel@orange.fr.

  • #5

    Robert Mauriès (mercredi, 04 décembre 2013 12:51)

    Là pour le coup les explications de Mr Borrelly ne me satisfont pas sur le plan des principes, à savoir qu'un réseau doit toujours être construit sur un couple de deux candidats dont on sait que forcément l'un ou l'autre est solution de la grille. Ici le choix du 6 de L6C7 tient du hasard qui se passe bien ou mal, au pire il permet l'élimination de ce candidat. Vu comme cela on pourrait alors faire une CMS avec n'importe quel candidat, ce serait la négation même de la technique.

  • #6

    Bernard Borrelly (mercredi, 04 décembre 2013 18:56)

    Mais non, ce choix n’est pas dû au hasard. La relation forte de groupe que j’évoque dans ma réponse est bien réelle. Nous avons une certitude : le candidat générique de la couleur opposée se trouve sans équivoque parmi un des candidats qui constitue le groupe, et, peu importe qu’on ignore où, il se trouve. Les principes fondamentaux qui prévalent à la constitution d’un réseau générique sont respectés, et donc les réseaux virtuels qui en découlent sont parfaitement valables.
    On peut même aller plus loin sans risque de se fourvoyer (sauf erreur toujours possible). On peut décider d’affecter au hasard, cette fois, une couleur générique à un candidat en partant du principe qu’un des autres candidats de même valeur situé dans la même zone sudoku est de la couleur générique opposée. Il faudra néanmoins faire bien attention de respecter les principes qui fondent le coloriage virtuel dans toutes les applications ou décisions qui suivent. C’est la différence avec la Technique des pistes. Point n’est besoin de s’appuyer absolument sur une paire de candidats. L’essentiel, et je vous rejoins sur le principe, est de s’assurer que le candidat à qui on attribue la première couleur générique ou celui qui se trouve dans le groupe repéré sous certaines conditions qui doivent se soumettre aux principes de base du coloriage virtuel soient l’un ou l’autre la solution.

  • #7

    Rober Mauriès (jeudi, 05 décembre 2013 00:15)

    Je ne conteste pas la possibilité de choisir un candidat au hasard pour construire un réseau, sachant que le réseau de couleur opposée existe forcément même s'il n'est pas précisément identifié, il en va de même pour la technique des pistes. Je crois seulement dans ce cas que la CMS ne donne que deux possibilités, le déploiement du réseau au départ de ce candidat choisi au hasard soit vers une contradiction soit vers la résolution complète de la grille. La première est peut productive (une élimination), la seconde est plutôt hasardeuse car on ne sait pas au moment du choix si elle aboutira. Aussi il me semble plus constructif de partir d'un couple de valeurs bien identifiées et disposer ainsi de 3 réseaux permettant les éliminations, ce qui me semble être l'essence de la technique.

  • #8

    coloriagevirtuel (jeudi, 05 décembre 2013 08:26)

    Sur le fond, vous avez raison. Mieux vaut en effet partir de valeurs bien identifiées même si ce départ, quelque part, est aussi une question de hasard puisqu’on ne choisit pas à coup sûr le bon départ si tant est qu’il y en ait un. Mais certaines grilles dont le niveau est très relevé ne facilitent pas, voire ne permettent carrément pas un départ "idéal". Il est bon de connaître cette possibilité qui était indiquée dans cet exemple à titre pédagogique", d’autant qu’on peut ne pas avoir d’autre alternative.

  • #9

    Robert Mauriès (jeudi, 05 décembre 2013 09:38)

    Merci pour ce débat très fructueux, pour moi en tout cas.

  • #10

    coloriagevirtuel (jeudi, 05 décembre 2013 18:39)

    C’est une des raisons d’être de ce blog. À bientôt, donc.