Grille du dimanche 5 mai 2019

Niveau 18

Télécharger
Grille du jour.pdf
Document Adobe Acrobat 41.2 KB
Télécharger
C1.txt
Document texte 81 Bytes

Écrire commentaire

Commentaires: 10
  • #1

    Philippe (vendredi, 03 mai 2019 22:07)

    Bonjour
    4 placements
    RGVG 7-9 L7C2 + Doublet 7-9 L8C2
    Solution pas à pas consultable sur le blog du site www.sudokupasapas.jimdofree.com

  • #2

    Jackie (samedi, 04 mai 2019 10:50)

    Bonjour,
    4 placements
    RGG L7C6 (17 bleu générique et 459 rouge générique) pour profiter de la paire 17 de L3C6.
    Le bleu couvre la grille.

  • #3

    Françoise (samedi, 04 mai 2019 12:28)

    Bonjour,
    4 placements
    RVC bleu (4 L2C3).
    RVC rouge (1 L1C1).
    Ceci permet d'installer un RC et un RF. Le RC, qui se déploie plus que le RF, débouche sur une contradiction. Deux 1 validés.
    Les quelques rares candidats bleus et rouges sont conservés, puisque l'invalidation du RC prouve qu'ils appartiennent à un même RG.
    Finalement, d'extension en extension on aboutit sur une contradiction du rouge. Fin.

  • #4

    André C (dimanche, 05 mai 2019 22:52)

    Bonjour,
    4 placements
    - RG avec les 8 de B9- 8RL9C7.
    - CMS BR - 1M L7C6. La couleur marron finit de couvrir la grille en complément du rouge.

  • #5

    Mauriès Robert (jeudi, 09 mai 2019 08:47)

    Bonjour Bernard.
    Une discussion revient régulièrement sur le forum de mon site web (www.assistant-sudoku.com) à propos du niveau de difficulté des grilles, et certaines grilles que vous proposez pose question à ce sujet en raison de l'écart existant entre la difficulté affichée et celle que l'on constate avec les techniques de réseaux (CV ou TDP). Si nous savons comment est établi le niveau conventionnel à partir de points attribués aux différentes techniques évoluées, ce qui permet de comprendre ces écarts, en revanche nous ne savons pas grand chose de votre méthode d'évaluation intrinsèque si ce n'est les grande lignes exposées dans votre texte à ce sujet.
    Est-il envisageable que vous exposiez dans le détail votre méthode d'évaluation ? Nous sommes quelques-uns (voir mon site) à s'intéresser à la question.
    Bien amicalement.
    Robert

  • #6

    Bernard Borrelly (jeudi, 09 mai 2019 20:03)

    Bonsoir Robert,
    Je suis particulièrement pris cette semaine, et surtout le week-end à venir. Je vous propose donc de vous répondre dans la journée de lundi par le même canal. En attendant, dites-moi s'il vous plaît si ces dernières semaines vous avez noté un rapprochement avec les estimations classiques.
    Bon week-end à vous
    Bien amicalement
    Bernard

  • #7

    Mauriès Robert (vendredi, 10 mai 2019 20:02)

    Merci Bernard. Ce que nous (Francis Labetoulle et Francois Cordoliani et moi) avons constaté c'est que des grilles de votre collection affichées à un niveau conventionnel assez élevé se traitée avec une seul jeu de pistes (niveau TDP =1), par exemple la grille du 3 mai 2015 affichée à 18. Comme vous avez écrit que le niveau conventionnel correspondait assez bien au niveau établi par votre estimation, nous nous intéressons à votre méthode.

  • #8

    Bernard Borrelly (lundi, 13 mai 2019 09:30)

    Bonjour Robert, et bonjour à tous,

    En préambule gardons à l’esprit qu’une méthode d’estimation de la force d’une grille ne donnera jamais le bon résultat. Comme en philosophie pour la vérité, il s’en approchera sans pouvoir l’atteindre. La cause, pour ce qui concerne les sudokus est connue : la subjectivité. L’estimation du niveau d’une grille est composée d’un mélange non équilibré d’objectivité et de subjectivité. Prenons un exemple à partir du calcul établi en comptabilisant les techniques évoluées. La dimension objective tient de la réalité du nombre de techniques employées et de leur difficulté propre. Or le choix de ces techniques dépend de la personne qui résout la grille, pas de celle qui évalue le niveau. Il pourra très bien opter pour des techniques autres que celles retenues pour l’estimation. De plus, certains trouvent moins délicate à utiliser telle ou telle technique quand d’autres éprouveront un sentiment inverse, ce qui relativise les points qu’on leur attribue arbitrairement.

    Ce constat reste valable pour tout autre mode de calcul, le vôtre comme le mien. En effet, j’ai considéré pour ma part qu’en m’affranchissant de ces fameuses techniques et en ne me basant que sur une réalité exclusivement « scientifique » mesurable, je déterminerai le bon niveau. J’avais tort ! À l’objectivité de la formule qui en a découlé s’oppose la subjectivité du « solveur », mais à un moindre degré. En effet, une même grille ne sera pas appréhendée de la même manière par différents joueurs. C’est ce qui explique que, bien qu’habitué à résoudre sans problème un niveau donné, on éprouve parfois de grandes difficultés sur une grille de ce niveau. On peut le constater pour un niveau 12 par exemple, alors qu’en général l’estimation de ces niveaux, relativement bas, est fiable.

    Pour répondre à votre question, je me suis alors penché sur les liens forts et les liens faibles, partant du principe que le niveau augmentant, le nombre de liens fort baisse et celui des liens faibles croît (de manière exponentielle). Il ne me restait plus qu’à les compter, à trouver une relation simple entre les deux résultats et, éventuellement, à multiplier le niveau obtenu par un coefficient invariable pour retrouver des chiffres comparables à ceux qui sont donnés de-ci de-là.
    Vous vous en doutez, je me suis heurté très rapidement, même pour des niveaux faibles, à des nombres très élevés et, surtout, à une comptabilisation longue et fastidieuse. Pour éviter cela, j’ai pensé qu’en me limitant à une certaine façon de compter les liens faibles j’obtiendrai une image similaire. En effectuant quelques calculs et en me livrant à des comparaisons je me suis rendu compte que cela manquait de fiabilité. J’ai alors composé en jouant entre liens forts et lien faibles et en prenant en compte le nombre de candidats. Après avoir concocté plusieurs formules dont je vous épargne les détails, j’ai abouti à une formule assez complexe. Les chiffres qui en ressortent ne sont pas directement exploitables, aussi ai-je monté un tableau par extrapolation à partir des niveaux déterminés par les logiciels classiques comme Hodoku ou Sudoku Explainer. J’ai fini par obtenir quelque chose qui tenait la route mais qui, finalement, était assez proche des niveaux donnés par la voie classique. De temps en temps j’ai noté quelques écarts que j’ai attribués à la suggestivité évoquée plus haut, sans grande conviction il est vrai. Ce sont probablement ces écarts qui ont généré chez vous ces débats auxquels vous faites allusion.

    Je vous envoie la suite de ma réponse, car le nombre de caractères est limité à 500.

  • #9

    Bernard Borrelly (lundi, 13 mai 2019 09:31)

    Voici donc la suite de ma réponse :
    Puis j’ai décidé d’abandonner l’idée d’indiquer pour chaque grille les deux niveaux, le classique et le mien pour deux raisons : cela m’a paru inutile puisqu’en général le calcul donne quelque chose d’assez proche, et faire le calcul pour chaque grille prend du temps. L’idéal serait de concevoir un logiciel qui comptabilise tous les liens faibles et tous les liens forts. Il suffirait de calculer leur rapport, dans un sens ou dans l’autre, et de multiplier le résultat par un coefficient invariable pour rendre le chiffre comparable à ce qui se fait. Mais je ne sais pas réaliser ce genre de logiciel, mes compétences en la matière étant quasiment nulles. Peut-être sauriez-vous le faire ?

    Je suis donc, depuis quelques semaines, vous l’avez sûrement remarqué, revenu à la bonne vielle méthode, mais en lui apportant une légère modification : je pars des niveaux fournis par Hodoku et Explainer et je retiens la moyenne des deux. Je vais beaucoup plus vite pour un résultat somme tout comparable.
    J’espère avoir répondu à vos interrogations.
    Bon sudoku, comme vous aimez à dire.
    Amicalement
    Bernard Borrelly

  • #10

    Mauriès Robert (mardi, 14 mai 2019 17:06)

    Merci Bernard pour cette réponse détaillée.
    Amicalement
    Robert